Les fondements de l’échange international


I – Les théories classiques  du commerce international

Partons d’un exemple :

Le Nord dispose de 8000h de travail et le sud de 10000h de travail. Le Nord et le Sud peuvent fabriquer des machines et  des lots de vêtements :

 

Coûts relatifs

 Pour fabriquer

NORD

SUD

NORD

SUD

1 machine

80H

120H

80/90 = 0,88

120/100 = 1,2

1 lot de vêtements

90H

100H

90/80 =1,125

100/120 = 0.83

On constate dans cet exemple que le Nord semble avantagé à la fois pour la production de machines et pour la production de vêtements. En effet, l’état d’avancement des techniques au Nord permet de fabriquer une machine en 80 h et un lot de vêtements en 90 h tandis qu’il faudra 120 h pour une machine et 100 h pour un lot de vêtements au sud. On aurait donc tendance à penser, au premier degré, que le Nord peut se spécialiser dans la production de machines et de vêtements et que le sud aurait tout intérêt à concentrer ses efforts dans d’autres domaines de production. On peut d’ores et déjà dire que le Nord dispose d’un avantage sur le sud pour produire des machines et des vêtements.

En regardant seulement la première partie du tableau on voit mal pourquoi le Nord importerait des machines ou des vêtements en provenance du Sud. Nous verrons, un peu plus loin, qu’en fait, il n’en est rien.

A — Les théories de Smith et Ricardo

Rappel : Adam Smith est le père fondateur de l’école libérale classique. Dans « Recherche sur la nature et les causes des richesses des nations », publié en 1776, Adam Smith dresse un véritable « hymne » aux lois du marché. Le « laisser faire et laisser passer » selon la formule chère à Vincent de Gournay implique une liberté totale de circulation des biens, des capitaux et des personnes entre les nations. Toutefois, Adam Smith n’excluait pas le recours au protectionnisme dans certains cas notamment pour protéger les industries dans l’enfance.

Le nom de David Ricardo est systématiquement cité dès lors que l’on évoque les théories classiques du commerce international.

Les théories classiques du commerce international ont été élaborées par Smith et Ricardo. Adam Smith est l’auteur de la théorie des avantages absolus. Trente ans plus tard, David Ricardo mettra en évidence l’importance des coûts relatifs. La théorie des avantages relatifs ou avantages comparatifs a remis en cause les préceptes formulés par Adam Smith.

Statue d'Adam Smith à Edimburg
Statue d’Adam Smith à Edimburg

1 — Adam Smith : la théorie des avantages absolus

Adam Smith peut être considéré comme le père du libre-échange. Dans sa théorie des avantages absolus, Adam Smith pensait qu’un produit ne pouvait être exporté que si les producteurs disposaient de coûts plus faibles et donc d’une productivité plus élevée que leurs concurrents. Adam Smith raisonnait en termes de coûts absolus. Dans l’exemple du tableau, on peut dire que le Nord dispose d’un avantage absolu sur le sud aussi bien pour la production de machines que pour la production de vêtements (80h au Nord contre 120 h au sud pour les machines — 90 h au Nord contre 100h au sud pour les vêtements).

Avec la théorie des avantages absolus, le pays qui dispose, pour la fabrication de tel ou tel produit, d’une productivité plus élevée que celle de ses concurrents doit se spécialiser dans la production de ce produit. Dans l’exemple que nous avons cité, le Nord devrait donc se spécialiser pour les deux types de production (machines, vêtements). Aucun échange réciproque n’est donc justifié avec le Sud.

On peut donc en conclure que la théorie des avantages absolus exclut l’échange réciproque entre pays ayant des niveaux très différents de développement. En effet, le plus développé des pays est susceptible de bénéficier de la productivité la plus élevée dans tous les secteurs.

David Ricardo remettra en cause cette théorie en montrant que le raisonnement doit s’effectuer non pas en termes de coûts absolus mais en termes de coûts relatifs.

De quoi s’agit-il exactement ?

2 — David Ricardo : la théorie des avantages relatifs ou comparatifs

L’idée de départ de Ricardo est sensiblement la même que celle de Smith : un pays à l’intérêt à produire et à exporter ce qui lui coûte le moins cher en coûts de production et à importer les produits pour lesquels il n’est pas spécialisé. Par exemple, la France a intérêt à importer des bananes ou du café plutôt qu’essayer d’en produire dans des serres ! Il se crée donc naturellement un flux d’échanges entre les pays dans la mesure où chaque pays y trouve un avantage relatif.

David Ricardo (1772-1823)
David Ricardo (1772-1823)

 Le grand mérite de Ricardo a été de montrer que le flux d’échanges réciproques ne dépend pas de l’existence d’un avantage absolu pour chaque pays mais de la seule différence des rapports de coûts entre les pays. En prenant l’exemple célèbre de l’Angleterre et du Portugal pour deux produits (le vin et le drap) Ricardo a montré l’intérêt que chacun des deux partenaires peut trouver dans l’échange.

 En se reportant à nouveau à l’exemple du tableau et en s’attardant cette fois à examiner les coûts relatifs, on constate que les rapports de coûts concernant la fabrication d’une machine au Nord et au Sud jouent nettement en faveur du Nord — le rapport est de 0,88 pour le Nord et de 1,2 pour le sud. Le Nord dispose donc d’un avantage relatif sur le sud pour la production de machines. En revanche, pour les vêtements le rapport est de 1, 125 pour le Nord et de 0,83 pour le sud — le Sud dispose donc d’un avantage relatif sur le Nord pour la production de vêtements. D’après la théorie des avantages relatifs, le Nord a donc intérêt à se spécialiser dans la production de machines et à les exporter vers le Sud tandis que le sud a intérêt à se spécialiser dans la production de vêtements et à les exporter vers le Nord.

En conclusion sur ce point, dans une logique Ricardienne, la loi de l’avantage comparatif et des prix relatifs doit entraîner un flux d’échanges qui doit profiter aux deux partenaires. 

En théorie, chacun des partenaires doit donc y gagner en bien-être donc équilibrer sa balance extérieure mais en pratique, bien entendu, il n’en est pas toujours ainsi et la théorie de Ricardo semble parfois bien éloignée de la réalité. Disons que les théories de Smith et Ricardo représente un bon point de départ pour comprendre la réalité des échanges internationaux contemporains- il est donc nécessaire de souligner les limites que peuvent comporter ces théories mais avant cela étudions en tout d’abord les prolongements.

 

L’économie expliquée : les avantages comparatifs en pratique

 
.

B – Les théories suédoises

 HECKSHER et OHLIN sont les théoriciens de l’inégalité des dotations en facteurs. L’idée de départ de ces théories consiste à dire que chaque pays est doté de facteurs de production en proportion différente. Cette différence de proportion conditionne la nature des échanges entre les pays.

– En 1919, HECKSHER tente de fournir une explication à la différence des coûts relatifs pouvant exister entre les pays. Il admet que les techniques de production peuvent être facilement transférées d’un pays à l’autre (alors que Ricardo ne l’admettait pas). Partant de là, si les coûts de production sont différents entre les pays c’est en raison du fait que les prix des facteurs de production y sont différents. Chaque pays est donc amené à combiner ses facteurs de production (travail, capital, ressources naturelles) de manière différente. Par exemple, dans les pays où la main-d’œuvre est abondante le prix du travail sera faible et la production se spécialisera dans des biens incorporant une forte proportion de facteur Travail et une faible proportion de facteur Capital. Le commerce extérieur de ces pays se caractérisera donc par une spécialisation dans l’exportation de ces biens.

– En 1934, Ohlin énoncera la loi de la proportion des facteurs : « un pays tend à se spécialiser dans la production pour laquelle la combinaison de facteurs dont il dispose lui donne le maximum d’avantages où le minimum de désavantages. ».

 En d’autres termes, et pour résumer :

  • La production de biens différents nécessite des facteurs de production dans des proportions différentes.
  • Les pays ont des dotations relatives différentes en facteurs de production.
  • Chaque pays à un avantage comparatif pour les biens qui contiennent une proportion élevée du facteur dont il est abondamment doté — il exportera ces biens et importera des biens qui, au contraire, contiennent une forte proportion de facteurs dont il est faiblement doté.

Par exemple, le Canada connaît une abondance de ressources naturelles tandis que la main-d’œuvre y est le facteur rare — l’Inde est pourvue d’une main d’œuvre non qualifiée très abondante alors que le capital et le facteur rare — etc.…. Théorème d’Hecksher-Ohlin : « le commerce international tend à produire une égalisation des rémunérations de facteurs, égalisation qui ne saurait être absolue ».Cela signifie que le commerce international conduira chaque pays à se spécialiser dans la production de biens incorporant les facteurs de production abondants sur son territoire et que la rémunération des facteurs (travail, capital) tendra à s’égaliser.

Extrait : Le théorème de HOS

Aux États-Unis, la part de main-d’œuvre qualifiée est relativement plus élevée qu’en Malaisie. L’heure de travail qualifié devrait donc y être relativement moins chère, par exemple coûter 4 fois plus qu’une heure de travail non qualifié, contre 10 fois plus en Malaisie.

 Les États-Unis disposeront alors d’un avantage comparatif dans les secteurs où la part du travail qualifié est relativement forte (construction aéronautique, conception de logiciels, etc.….), alors que la Malaisie devrait se spécialiser dans les industries intensives en travail non-qualifié (habillement, assemblage, etc.….).

Mais ce mouvement conduit les producteurs américains à solliciter davantage la main-d’œuvre qualifiée au détriment de la main-d’œuvre non qualifiée, ce qui provoque la hausse de son prix relatif. Comme la Malaisie doit connaître l’évolution inverse, le prix des facteurs devrait converger, voire, à terme, s’égaliser.

Ce théorème est néanmoins soumis à une multitude de conditions (notamment la concurrence pure et parfaite sur le marché des biens et des facteurs, etc.….) qui rendent très incertaine la réalisation effective de toutes les prédictions du théorème.

Dictionnaire de l’économie, Larousse — le monde, sous la direction de P.Bezbakch et S.Gherardi -© Larousse, HER 2000

Certaines observations contredisent toutefois les théories classiques et leurs prolongements : 

C –  Les limites aux théories classiques du commerce international

Certaines observations sont en effet assez paradoxales dans la mesure où elles contredisent, où tout au moins semblent contredire les théories de Smith, Ricardo, et les théories suédoises. Une des plus célèbres concerne l’analyse du commerce extérieur américain — plus connue sous le nom de « paradoxe de Leontief ».

1 — le paradoxe de Leontief

En 1954, un économiste américain, Leontief entreprit de vérifier empiriquement la nature du commerce extérieur américain.

L’opinion admise était la suivante : — aux USA, le capital est le facteur abondant et la main-d’œuvre et le facteur rare par rapport au reste du monde. En toute logique, les USA devaient donc exporter des biens à forte intensité de capital et importer des biens à forte intensité de main-d’œuvre.

Or l’étude de Leontief montrait le contraire : — les USA importaient des biens à forte intensité de capital. Ce résultat était paradoxal et semblait anéantir les théories suédoises.

Explication du paradoxe :

L’explication des économistes suédois était insuffisante car ceux-ci ne prenaient en compte que trois facteurs de production (Travail, Capital, Ressources naturelles) sans les nuancer.

Pour redonner une portée explicative aux théories suédoises, il faut admettre qu’en fait il n’existe pas 3 mais 5 facteurs de production :

  1. Le travail non qualifié
  2. Le travail qualifié
  3. Le capital (usines et équipements)
  4. La terre cultivable
  5. Les gisements miniers et pétrolifères

Le paradoxe de Leontief devient alors explicable : — c’est le travail qualifié qui est abondant aux USA par rapport au reste du monde. En fait, le capital n’a jamais été relativement abondant aux USA bien qu’en valeur absolue il ait été supérieur au reste du monde. Ceci explique donc le fait que les USA importaient des biens à forte intensité de capital (bois, chaussures, confection, cuir, automobiles, mobilier, jouets.) mais incorporant beaucoup de main-d’œuvre peu qualifiée. Ceci réconcilie un peu Léontief et les théoriciens suédois en redonnant une certaine portée à leurs théories.

Le paradoxe de Léontief a pour mérite de mettre en évidence le rôle essentiel de la qualification professionnelle dans l’explication de la configuration des échanges. En fait, les échanges de produits primaires sont largement déterminés par la localisation des ressources naturelles et l’importance de la main-d’œuvre non qualifiée dans certains pays. Au contraire, les pays industriels avancés sont riches en main-d’œuvre qualifiée par rapport au reste du monde — leurs exportations incorporent donc une forte proportion de travail qualifié tandis que leurs importations incorporent une forte proportion de travail non qualifié.

2 — Les échanges croisés Les théories traditionnelles du commerce international ne parviennent pas à expliquer l’accroissement des échanges croisés de produits semblables depuis une cinquantaine d’années. Nous échangeons par exemple des automobiles contre d’autres automobiles, des produits électroniques contre d’autres produits électroniques, etc.… L’explication de ces échanges croisés peut se formuler brièvement de la manière suivante.

Tout d’abord, un pays peut se constituer un avantage comparatif grâce à l’existence d’une demande intérieure importante permettant de réaliser une production sur une grande échelle donc de réduire les coûts. Par ailleurs, le goût des consommateurs peut se porter vers des produits étrangers notamment lorsque ceux-ci sont de meilleure qualité ou lorsqu’il s’agit de biens fortement substituables. Ensuite, une branche peut-être globalement déficitaire dans un pays tout en possédant des firmes compétitives dont certaines seront exportatrices.

3 – Les avantages comparatifs peuvent être remis en cause N’oublions pas que le modèle de Ricardo raisonne de manière ultra-simplifiée (2 pays, 2 biens).

– Les pays peuvent prendre des mesures protectionnistes qui remettent en cause les débouchés des produits étrangers sur le sol national. – Les théories classiques raisonnent en termes réels, on parle d’heures de travail mais pas de monnaie — or l’introduction de la monnaie peut modifier la nature des échanges (taux de change variables, etc..). – Les théories classiques raisonnent de manière intemporelle en ignorant les problèmes que posent les transformations des structures productives.

Par ailleurs, les modèles classiques raisonnent comme si les coûts de transport étaient nuls et ne modifiaient pas les données relatives à l’échange, et comme si les firmes ne délocalisaient pas leur production.

Soulignons enfin que de nombreux pays (pays en voie de développement surtout) ne parviennent pas ou mal à s’intégrer dans le commerce international.

80 % des échanges mondiaux sont des échanges Nord — Nord entre les pays de la triade (Union Européenne, Associations de Libre-échange Nord-Américaine, et pays asiatiques à économie de marché).

Le commerce international se caractérise par des relations de domination financière et commerciale, ne l’oublions pas.

 

II – la diversité des relations économiques internationale

A — la diversité des relations internationales quant à leur nature

La nature des relations internationales est en effet très diversifiée :

  • Relations politiques et diplomatiques.
  • Mouvement de personnes.
  • Échanges commerciaux de biens et de services.
  • Mouvements de capitaux.
  • Échanges intellectuels et techniques.
  • Échanges culturels.

Bien entendu, de nombreuses interactions existent entre ces différentes formes de relations internationales. Par exemple, la visite d’un chef d’état étranger peut provoquer la signature de contrats commerciaux importants. Par ailleurs, les échanges commerciaux banalisent les modes de consommation dominants ce qui a pour effet, sur le long terme, d’uniformiser les cultures.

B — la diversité des relations internationales quant à leurs acteurs Tous les acteurs économiques peuvent potentiellement être des acteurs du commerce international : Les ménages sont les premiers acteurs du commerce international. Les migrations sont en effet très d’importantes, qu’elles soient professionnelles ou touristiques.

   Extrait un ouvrage de Jean-Bernard : « la France et le marché mondial »

« En quoi sommes-nous concernés par le problème des échanges internationaux ?

 

Pour répondre à cette question, il n’est que de faire le voyage le plus court qui soit, un voyage imaginaire autour de ma chambre… De tout ce que j’y trouve d’origine étrangère, voici l’inventaire. La table sur laquelle j’écris est en acajou. La plupart de mes « outils » sont étrangers : la machine à écrire est une Olivetti, le stylo est un Parker qui, même s’il fabriqué en France m’a fait payer une redevance ses créateurs américains. La gomme est en caoutchouc importé de Malaisie ou de Bornéo.

 

Le papier est français mais il y a fort à parier que sa production a mis en œuvre des bois scandinaves ou canadiens. Sur la table, la lampe est en cuivre, nécessairement importé.

La chaîne haute-fidélité et plus complexe. Instrument de l’ère électronique, il témoigne d’une division du travail entre une multitude de fabricants situés dans 3 ou 4 pays. La platine est anglaise, la tête de lecture allemande, les semi-conducteurs certainement japonais et les firmes américaines perçoivent des brevets sur maintes pièces.

Si l’électricité qui m’éclaire est incontestablement française, la chaudière du chauffage central est alimentée en fuel-oil produit grâce à des techniques principalement américaines, à partir de pétrole brut importé du Moyen-Orient ou d’Algérie. ».

 

Une observation s’impose : le consommateur est, au final, le principal artisan du commerce international.

Bien entendu, ce sont les entreprises qui jouent un rôle essentiel au niveau des relations internationales. Elles exportent, elles importent, elle se multi nationalisent, implantent des filiales de production, de distribution, etc.…

Le système bancaire est également très internationalisé et les organisations internationales se multiplient (voir chapitres suivants).

C — Diversité des relations internationales quant à leur intensité

  • Intensité nulle : autarcie
  • Intensité faible : protectionnisme — nationalisme
  • Intensité forte : union douanière, union économique (voir notions de zone de libre-échange, union douanière, marché commun dans le chapitre sur la construction européenne).

Quelques définitions :

–  Autarcie : C’est le cas d’un régime économique d’un pays se suffisant à lui-même et n’effectuant avec les autres aucuns échanges. Exemple : systèmes collectivistes à leurs débuts. Il est très rare qu’il s’agisse d’une situation totale et permanente.

–  Nationalisme : Il s’agit d’une forme voisine du protectionnisme qui consiste à considérer tous les problèmes d’un point de vue strictement propres à la nation à laquelle on appartient. Les intérêts immédiats sont ici privilégiés au détriment des progrès à long terme.

–  Union douanière : Il s’agit d’un ensemble de pays qui adopte un tarif douanier commun vis-à-vis des importations des autres pays.

–  Union économique : ensemble de pays qui adopte une monnaie unique (ex. euro).

 






Mon panier

Cours  ECONOMIE - BTS tertiaires 1° année

Votre choix :

*PACK ZIP 10 CHAPITRES - 63 pages
(10 fichiers séparés + sommaire aux formats DOCX et PDF)

OU
*FASCICULE DE COURS à télécharger - format A4 - 10 chapitres - 63 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Economie 1°A

 

 

 

Module 1 : Analyser la coordination des décisions économiques par l'échange

1.1 : Comprendre les lois du marché, en mesurer l’intérêt et les limites
Chap 1 : Comprendre les lois du marché et en mesurer les limites

1.2 : Comprendre le rôle de la monnaie et du crédit en économie de marché
Chap 2 : La monnaie et le crédit

1.3 : Appréhender le rôle de l’Etat et la notion d’externalité
Chap 3 : Éléments du débat sur le rôle de l’Etat Providence
Chap 4 : Les externalités

 

Module 2 : Appréhender la dimension internationale de l’échange

 

2.1 : Appréhender les fondements du Commerce International
Chap 5 : Comprendre les fondements et les approches théoriques du Commerce International

2.1 : Apprécier le degré d’ouverture des économies et comprendre la mesure des échanges internationaux
Chap 6 : La mesure des échanges extérieurs
Chap 7 : Comprendre le mécanisme des opérations de change et en mesurer l’importance

 

Module 3 : Comprendre les mécanismes de la création de richesses et la croissance économique

 

3.1 : Appréhender les finalités de la croissance
Chap 8 : 1° finalité : Améliorer le niveau de vie et assurer le développement économique
Chap 9 : 2° finalité : Assurer un développement durable

3.2 : Analyser les facteurs et les caractéristiques de la croissance
Chap 10 : La mesure de la croissance - Les facters de la Croissance

VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - Les lois du marché
2 - La monnaie et le crédit
3 - Economie de marché et intervention de l'Etat
4 - Les externalités
5 - Les fondements des échanges internationaux
6 - La mesure des échanges extérieurs
7 - Les opérations de change
8 - Amélioration du niveau de vie et développement économique
9 - Le développement durable
10 - Les facteurs de la croissance

Edition 2017


Mon panier

Cours  ECONOMIE - BTS tertiaires 2° année

Votre choix :

*PACK ZIP 9 CHAPITRES - 62 pages
(9 fichiers séparés + sommaire aux formats DOCX et PDF)

OU
*FASCICULE DE COURS à télécharger - format A4 - 9 chapitres - 62 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Economie BTS 2° A

     

ÉCONOMIE BTS 2°A - Sommaire

Module 3: Comprendre les mécanismes de la création de richesses et la croissance économique (suite cours 1A)

3.2 : Analyser les facteurs et les caractéristiques de la croissance

Chap 1 : Identifier les principaux pôles de croissance dans le monde  et cerner les divergences d'analyse sur la question du sous-développement

Chap 2 : Le processus de multinationalisation et  rôle des Firmes Multinationales dans la croissance mondiale

 

Module 4 : Comprendre les modalités de répartition des richesses et la problématique des inégalités

 

4.1 : Décrire et caractériser la répartition des revenus et du patrimoine

Chap 3 : Les inégalités dans le partage des revenus et du patrimoine

Chap 4 : Les différents instruments de la redistribution

Chap 5 : Les inégalités de richesses au niveau mondial et les politiques européennes de cohésion économique et sociale

Module 5 : Appréhender la régulation du marché mondial des biens et des services

 

5.1 : Appréhender la nature des politiques économiques

Chap 6 : Les politiques économiques

5.2 : Comprendre le concept de Gouvernance de l’économie mondiale et le rôle de l’OMC

Chap 7 : La problématique de la gouvernance de l’économie mondiale et le rôle de l’OMC

 

5.3 : Caractériser un bien public mondial et analyser les modes de gestion associés à ces biens et leurs impacts sur l’activité économique

Chap 8 : Les biens publics mondiaux

Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière

6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser le développement du marché des capitaux.

Chap 9 : Les modes de financement de l’activité économique – Le développement du marché des capitaux

 
VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - Les principaux pôles de croissance dans le monde
2 - Les firmes multinationales - le processus de multinationalisation
3 - Les inégalités de répartition du revenu primaire
4 - Les objectifs et les instruments de la redistribution
5 - La répartition des richesses au niveau mondial - les politiques européennes
6 - Les politiques économiques conjoncturelles et structurelles
7 - La gouvernance mondiale - le Rôle de l'OMC
8 - Les biens publics mondiaux
9 - Le financement des activités économiques

Edition 2017


 

Mon panier

Cours  DROIT- BTS tertiaires 1° année

Votre choix :

* PACK ZIP 9 CHAPITRES - 59 pages
(9 fichiers séparés + sommaire aux formats DOC et PDF)

OU
* FASCICULE DE COURS à télécharger - format A4 - 9 chapitres - 59 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Droit 1° Année

 

   

Module 1 : Comprendre les régimes juridiques de l'activité professionnelle

1.1: Identifier les différents régimes juridiques d’exercice de l’activité professionnelle

Chap 1 : Les principes communautaires et constitutionnels du travail -  l'importance de la distinction entre travail indépendant et travail salarié

1.2: Apprécier l’opportunité du choix d’un statut dans une situation donnée

Chap 2 : Les spécificités du régime juridique des salariés et du régime juridique des fonctionnaires  


Module 2 : Comprendre la nécessité de s'adapter aux évolutions de l'activité professionnelle

2.1 : Analyser des dispositifs de formation professionnelle

Chap 3 : Savoir identifier les actions de formation à l’initiative de l’employeur et les actions de formation à l’initiative du salarié 

2.2 : Apprécier l’efficacité de l’information et de la protection des salariés

Chap 4 : Les modifications de la relation de travail et ses conséquences juridiques – Les effets du transfert d’entreprise

Chap 5 : L'efficacité de la représentation des salariés par les institutions représentatives du personnel

Chap 6 : La nature de la protection des salariés lors de la rupture du contrat de travail

2.3 : Mesurer l'importance de l'adaptation de la relation de travail par le droit négocié

Chap 7 : Les enjeux de la négociation collective


Module 3 : Appréhender l'évolution des structures juridiques d'entreprises à leur environnement et à leurs objectifs

3.1: Choisir une structure juridique

Chap 8 : Comprendre la manière dont le droit appréhende la notion d’entreprise - Savoir justifier le choix d'une structure adaptée à une situation donnée

Complément : Notion de responsabilité civile – La responsabilité civile contractuelle  


 
VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - Principes et régimes juridiques du travail
2 - Les régimes juridiques des salariés et des fonctionnaires
3 - Adaptation aux évolutions : La formation professionnelle
4 - Adaptation aux évolutions : La modification des conditions de travail et le transfert d'entreprise
5 - Information et protection des salariés : les représentants du personnel
6 - Information et protection des salariés : la rupture du contrat de travail
7 - Le Droit négocié : la négociation collective et ses enjeux
8 - Choisir une structure juridique d'entreprise
9 - Complément : Notion de responsabilité Civile contractuelle

Edition 2017


 

Mon panier

Cours  DROIT- BTS tertiaires 2° année

Votre choix :

* PACK ZIP 11 CHAPITRES - 72 pages
11 fichiers séparés + sommaire aux formats DOC et PDF)

OU
* FASCICULE DE COURS à télécharger - format A4 - 11 chapitres - 72 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Droit 2° A

 

 

Module 3 : Appréhender l'évolution des structures juridiques d'entreprises à leur environnement et à leurs objectifs

3.2 : Mesurer l'importance du traitement juridique de l'entreprise en difficulté

Chap 1 : Repérer les stades de la procédure du traitement juridique des entreprises en difficulté

Module 4 : Comprendre les relations contractuelles

4.1 : Apprécier la validité et les effets juridiques d'arrangements contractuels entre partenaires privés

Chap 2 : La classification des contrats et les conditions de validité des contrats.

Chap 3 : Les effets juridiques des contrats

Chap 4 : La notion de responsabilité civile et sa portée en matière contractuelle.

4.2 : Apprécier la validité et les effets juridiques des contrats avec la personne publique

Chap 5 : La nature juridique des contrats administratifs et les principales problématiques se rapportant aux marchés publics

Module 5 : Comprendre l'importance de l'immatériel dans les relations économiques

5.1 : Apprécier la validité de tout ou partie d'un contrat électronique et expliciter ses effets juridiques

Chap 6 : Les enjeux et les problématiques liées au développement des contrats électroniques

5.2 : Caractériser les éléments principaux de la propriété intellectuelle

Chap 7 : les enjeux et les problématiques liées au développement des TIC et des productions immatérielles - La propriété intellectuelle

5.3 : La sécurisation des données à caractère personnel

Chap 8 : La problématique de la sécurisation des données à caractère personnel

5.4 : L'usage des TIC dans la relation de travail

Chap 9 : Les TIC dans la relation de travail

Module 6 : Identifier, anticiper et assumer les risques

6.1 : Caractériser le risque inhérent à une situation  donnée et déterminer le droit applicable

Chap 10 : Revoir la notion de responsabilité civile et appréhender sa portée en matière délictuelle

6.2 : Déterminer le dispositif juridique adapté pour prévenir un risque - savoir anticiper

Chap 11 : Savoir prévenir les risques en entreprise

VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - L'entreprise en difficulté
2 - Les conditions de validité des contrats
3 - Les effets des contrats
4 - La relation contractuelle - La notion de responsabilité civile et sa portée en matière contractuelle
5 - Les contrats avec la personne publique
6 - Les contrats électroniques
7 - Les productions immatérielles
8 - La sécurisation des données à caractère personnel - La vidéosurveillance
9 - L'usage des TIC dans la relation de travail
10 - Notion de responsabilité civile délictuelle
11 - La prévention des risques en entreprise

Edition 2017


 

Mon panier

Cours  MANAGEMENT DES ENTREPRISES - BTS tertiaires 1° année

Votre choix :

* PACK ZIP 12 CHAPITRES - 88 pages
12 fichiers séparés + sommaire aux formats DOC et PDF)

OU
* FASCICULE DE COURS à télécharger- format A4 - 12 chapitres - 88 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Management 1°A

Module 1 : Entreprendre et diriger

1.1 : Entreprendre et gérer    

Chap 1 : Les logiques entrepreneuriales et managériales

 

1.2 : Finaliser, mobiliser et évaluer         

Chap 2 : Les finalités des entreprises et leur responsabilité sociétale et environnementale

Chap 3 : Les actions stratégiques, tactiques, opérationnelles et les critères de la performance

 

1.3 : Diriger et décider      

Chap 4 : Le processus de décision

Chap 5 : Les styles de direction et les notions de décentralisation et délégation

Chap 6 : L'influence des parties prenantes sur le processus de décision Le concept de gouvernance d'entreprise

 

Module 2 : Élaborer une stratégie

 

2.1 : Définir une démarche stratégique  

Chap 7 : La démarche stratégique, les domaines d’activité stratégique (DAS) et les critères de la segmentation

 

2.2 : Établir un diagnostic stratégique        

Chap 8 : L''environnement de l'entreprise - Le diagnostic externe

Chap 9 : Les ressources de l'entreprise - le diagnostic interne

 

2.3 : Effectuer des choix stratégiques    

Chap 10 : Les modalités du développement stratégique

Chap 11 : La notion de stratégie générique ou par domaine d'activité

Chap 12 : Les caractéristiques des stratégies globales - spécialisation, diversification

 
VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - Les logiques managériales et entrepreneuriales
2 - Les finalités de l'entreprise
3 - Management et performance
4 - La décision - le processus de décision
5 - Les styles de direction
6 - Les parties prenantes - La gouvernance de l'entreprise
7 - Définir la démarche stratégique
8 - Le diagnostic externe - l'environnement de l'entreprise
9 - Le diagnostic interne
10 - Les modalités du développement stratégique
11 - Les stratégies génériques ou par domaine d'activité
12 - Les stratégies globales - Spécialisation, diversification ..

Edition 2017



Mon panier

Cours  MANAGEMENT DES ENTREPRISES - BTS tertiaires 2° année

Votre choix :

* PACK ZIP 9 chapitres - 56 pages
9 fichiers séparés + sommaire aux formats DOC et PDF)

OU
* LIVRE DE COURS à télécharger - format A4 - 9 chapitres - 56 pages
(Fichier unique aux formats PDF et DOC avec sommaire et couverture)

*contenu identique conforme au programme officiel - seule la présentation change.



Sommaire Management 2° A

 

 

Module 3 : Adapter la structure


3.1 : Choisir une structure

Chap 1 : La notion de structure et les déterminants du choix structurel

Chap 2 : Les configurations structurelles classiques

3.2 : Faire évoluer la structure

Chap 3 : Les configurations structurelles flexibles

Chap 4 : La politique du changement en entreprise

 

Module 4 : Mobiliser les ressources


4.1 : Mobiliser les ressources humaines

Chap 5 : La GRH - La GPEC

Chap 6 : Les théories de l’organisation du travail et les enjeux de la motivation des salariés

4.2 : Optimiser les ressources technologiques et la connaissance       

Chap 7 : Les processus de production – Les enjeux de la qualité

Chap 8 : Les composantes de l’approche technologique et les caractéristiques des politiques d’innovation - Gestion des brevets et Management des compétences

4.3 : Financer les activités

Chap 9 : Le financement des activités

VOIR LE SOMMAIRE

Thèmes abordés :

1 - La notion de structure
2 - Les configurations structurelles classiques
3 - Les configurations structurelles flexibles
4 - La problématique du changement en entreprise
5 - La Gestion des Ressources Humaines(GRH) - La Gestion de l'Emploi et des Compétences(GPEC)
6 - Les théories de l'organisation du travail et les enjeux de la motivation des salariés
7 - La gestion de la production et de la qualité
8 - Approche technologique et politique d'innovation - Gestion des brevets et Management des Connaissances
9 - Le financement des activités

Edition 2017




Sujets connexes ou complémentaires :

One thought on “Les fondements de l’échange international

  1. je veux de la documentation sur l’ouverture commerciale, les mesures et ces inpacts sur le marché du travail et surtout la segmentation de ce dernier, merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*