Économie – Droit – Management des entreprises
Langue:
  • 24
  • 24
  • 24
  • 24
  • 24
  • 24






Les firmes multinationales – Le processus de multinationalisation

 » Plus de 82000  firmes multinationales (+ 790000 filiales) aujourd’hui, contre 7000 à la fin des années 60. Le nombre d’entreprises dont l’activité s’étend au-delà des frontières s’est accru de manière exponentielle au cours des trois dernières décennies. Le phénomène n’est pas nouveau, mais il prend aujourd’hui une dimension sans précédent.  le stock de leurs Investissements à l’Etranger a dépassé 15 000 milliards de dollars ( chiffres 2008).

On estime leur CA à 29 000 milliards de dollars (pour 2009).

Les entreprises ont d’abord cherché à exporter leurs produits à partir de leur base nationale. Les grandes firmes américaines ont ainsi profité de leur position dominante après la seconde guerre mondiale pour accroître massivement leurs ventes à l’étranger. Face aux obstacles mis par les états (barrières douanières ou réglementation), les entreprises ont commencé à s’installer sur place, afin d’accéder aux marchés. Là encore, les multinationales américaines ont été les premières à développer massivement leurs investissements à l’étranger, notamment en Europe. À partir des années 80, les entreprises commencent à s’organiser au niveau mondial. Elles installent les différentes étapes de leur chaîne de production dans diverses régions du monde, en fonction de leur perception de la compétitivité ou des ressources des différents territoires.

.
Téléchargements

Cette « multilocalisation » qui permet de prendre le meilleur de chaque territoire tout en accédant aux différents marchés, s’accompagne bien souvent d’une centralisation de certaines fonctions stratégiques, tels que la recherche-développement où la finance. Il n’existe cependant pas de modèle unique, mais une grande diversité en fonction des secteurs.
La progression de l’internationalisation productive des firmes est spectaculaire. Les ventes réalisées par des filiales à l’étranger ont dépassé le volume du commerce international à partir du milieu des années 80 . Elles en représentent aujourd’hui presque le double : 13 500 milliards de dollars contre 6 900 milliards. Les multinationales produisent 10% du PIB mondial et contrôlent les 2/3 du commerce mondial. Le stock des investissements directs à l’étranger représente désormais plus de 16 % du PIB mondial, un niveau jamais atteint auparavant. Enfin, sous l’effet du double mouvement de dérégulation et de privatisation, les services financiers et les entreprises de réseaux (telecoms, énergie, transport) sont en train de s’internationaliser rapidement.
Toutefois, l’immense majorité des firmes multinationales conserve des relations étroites avec leur pays d’origine. En moyenne, les firmes multinationales réalisent encore plus de la moitié de leurs ventes totales dans leurs nations d’origine. Mais cette proportion tend à diminuer : de 57 % en 1993 est passé à 50 % aujourd’hui pour les 100 premières multinationales. »
Extrait Alternatives économiques n°1135

.

Origine géographique des firmes multinationales

Répartition selon leur origine nationale des 750 premiers groupes mondiaux

Pays

Part des 750 premiers groupes

Part des groupes leaders mondiaux sur leur secteur

Etats Unis

39 %

47 %

Japon

22 %

2 %

Royaume Uni

8 %

6 %

Allemagne

7 %

8 %

France

5 %

3 %

Canada

4 %

2 %

Suisse

2 %

3 %

Pays Bas

2 %

1 %

Australie

2 %

5 %

Italie

1 %

3 %

Source du tableau : http://www.populationdata.net


 
 L’internationalisation d’une entreprise s’appréhende comme l’intrusion d’une firme sur des territoires géographiquement, culturellement, économiquement et juridiquement différents de ceux de son marché national dont ils sont séparés par des frontières multiformes (tarifaires, sanitaires, fiscales, réglementaires).


Les firmes transnationales par lewebpedagogique

 

I  - Les raisons de l’internationalisation sont très anciennes :

Au 19 e siècle :

- Influence politique (émergence des états nationaux et suppression des barrières douanières internes).
- Influence technique (développement du chemin de fer; les marchés
sont devenus nationaux).

A la Fin du 19 e siècle : Evolution fondamentale

Alors qu’auparavant les transactions portaient sur des produits finis et étaient l’apanage des commerçants, désormais, à la fin du 19e siècle se sont les firmes industrielles qui vont chercher, pour elles mêmes et nos plus par négociants interposés des approvisionnements en matière première et des débouchés pour leurs produits finis. Les FMN naissent désormais dans les domaines énergétiques (pétrole), miniers et agro-alimentaires (Unilever, Nestlé).

– Les Facteurs Techniques :

Baisse des coûts de transports
Baisse du temps de transport
Hausse des capacités de production
Importance du savoir faire technologique inégalement reparti

– Facteurs Economiques :

Niveau des salaires
Saturation de la demande dans les Pays Industrialisés
Inégales dotations en facteurs des pays ( Voir cours 1° année sur les théories de Smith et Ricardo)
Uniformisation partielle des modes de consommations

– Facteurs Politiques :

Création des ZLE (Zones de libre échange)
Idéologie dominante du libre échange
Diminution des obstacles non tarifaires

Sous l’influence de ces facteurs, l’internationalisation va prendre de nouvelles formes. Les FMN apparaissent avec l’implantationde filiales de production et non plus seulement de distribution. L’entreprisedevient une nébuleuse synergique de concepteurs, de fabricants et de distributeurs.Le concept de l’entreprise en réseau est né. Dans ce contexte, une vision mondiale confère aux firmes des avantages déterminants.
De nouveaux marchés peuvent ainsi se substituer à des marchés arrivés à maturation dans leur pays d’origine ( en raison du cycle de vie international qui caractèrise de nombreux produits).

- Coûts avantageux en matière…

Salariale (main d’oeuvre souvent moins onéreuse)
Sociale (dispence des régimes de production sociale)
Fiscale (existence de paradis fiscaux)
Possibilité de contourner les obstacles douaniers (ex : implantation
d’entreprises japonaises en Europe)
Possibilité d’accéder à des sources de financement surle marché international des capitaux.
Possibilités de contrôle des réseaux de distribution

II . les étapes de l’internationalisation


1 — 1ere ETAPE. LE DEVELOPPEMENT DES EXPORTATIONS

3 voies possibles pour développer ses parts de marché
à l’export :

1 – exportation directe
2 – exportation indirecte
3 – exportation associée

* L’EXPORTATION DIRECTE

Elle évite les intermédiaires. Elle permet donc de faire l’apprentissage des marchés étrangers etd’éliminer les rémunérations des intermédiaires.
Mais elle est difficile et coûteuse en pratique où la firme méconnait les rentabilités locales, les modes de consommation locaux, les pratiques
commerciales locales et les règlements. Il y a donc un risque d’erreur important. De plus, l’entreprise va devoir entretenir sur place des stocks
et un service de distribution coûteux.

Techniques d’exportation directe :

* Sans force de vente – par exemple par couponnage dans les revues étrangères ou encore par des foires et salons à l’étranger
* Avec force de vente par exemple avec un agent commercial à l’étranger ou avec un représentant salarié

* L’EXPORTATION INDIRECTE est mieux adaptée à la phase initiale d’exportation.

Elle dispense l’entreprise de tout investissement et de toute présence personnelle à l’étranger. L’exportateur peut utiliser les services de courtiers ou vendre à des sociétés de commerce extérieur (CFAO par exemple), qui s’occupent de toutes les formalités douanières, financières et administratives, et conclut elle même les contrats de vente à l’étranger. Cependant ces interventions d’intermédiaires constituent un « écran »
qui empêche toute véritable connaissance et toute réelle pénétration du marché étranger.

* L’EXPORTATION ASSOCIEE.

Exemple :Le  » Piggy Back » :il s’agit d’une technique utilisée par les PME pour bénéficier (moyennant des commissions) du réseau de distribution d’une FMN.

Exemple : Création de Groupement d’exportateurs qui se dotent, grâce aux contributions des membres, de moyens de prospection et de ventes.

2 — 2ème ETAPE : LA MISE EN PLACE D’UN RESEAU DE DISTRIBUTION A L’ETRANGER

L’exportation directe, indirecte ou associée présentes l’inconvénient de ne pas assurer une présence permanentes de l’entreprise à l’étranger alors que la constitution de réseaux de distribution à l’étranger le permet.

  • La franchise internationale (exemple : Yoplait)
  • La franchise étrangère (exemple : chaines hôtelières)
  • La succursale (sans personnalité juridique)
  • Filiale de distribution ( création d’une personne morale nouvelle par exemple « Renaut export »)
  • Investissement à l’étranger (capitaux fournis par l’entreprise d’origine)

L’entreprise a intéret à internationaliser sa production pour 4 raisons :

1. Ajouter des marges d’exportation à ses marges intérieures
2. Accélérer le processus d’apprentissage
3. Bénéficier d’économie d’échelle lorsque le marché national est trop étroit
4. Etre plus prêt du consommateur

3 — 3ème ETAPE : LA MULTINATIONALISATION

La FMN n’apparait vraiment que lorsque des filiales de production complètent les filiales de distribution.

 On repère une FMN aux critères suivants

  • Part des ventes réalisées à l’étranger
  • Activités de production réalisées à l’étranger
  • Présence dans plusieurs pays
  • Nombre de filiales à l’étranger
  • Existence d’une DG multinationale
  • Détention multinationale du capital social
  • Cotation des titres sur plusieurs places financières
  • Stratégie internationale

On trouve des FMN dans tous les secteurs de l’économie :

  • Secteur primaire : Nestlé, Danone, etc…
  • Secteur secondaire : Elf aquitaine, Michelin,etc…
  • Secteur tertiaire : Accor, Mc Donald, Hertz

AVANTAGES DE LA MULTINATIONALISATION

Avantage de coûts
Il existe des écarts de coûts entre les pays, et l’entreprise cherchera à en bénéficier –
Exemples:

  • main d’oeuvre
  • charges sociales
  • fiscalité
  • matières premières
  • Accroissement de l’échelle de production (Possibilité  de bénéficier d’économies d’échelle)
  • Elimination des coûts des transactions internationales
  • Frais de transpors allégés.
  • Stockage moins coûteux
  • Droits de douane allégés
  • Aucune rémunération d’intermédiaires,. etc…
  • Accroissement de la compétitivité
  • Barrières protectionnistes contournées
  • Meilleure veille technologique mondiale
  • Meilleure veille commerciale mondiale
  • Image de marque internationale des produits
  • Adaptation aux spécificités des marchés internationaux.

Principales FMN :

Nom

Pays

Secteur d’activité

Vodafone Group Royaume-Uni Télécommunication
General Electric Etats-Unis Electronique
BP AMOCO Royaume-Uni Pétrole
Vivendi Universal France Diversifié
Deutsche Telecom Allemagne Télécommunication
Exxon mobil corporation Etats-Unis Pétrole
Ford Motor Etats-Unis Pétrole
General Motors Etats-Unis Automobiles
Royal Dutch / Shell Group Pays-Bas / Royaume-Uni Pétrole
Total Fina Elf France Pétrole
Suez France Diversifié
Toyota Motors Japon Automobiles
Fiat Spa Italie Automobiles
Telefonica Espagne Télécommunication
Volkswagen group Allemagne Automobiles
Chevron Texaco Etats-Unis Automobiles
Hutchison Whampoa Hong-Kong Chine Diversifié
News corporation Australie Médias
Honda Motors Japon Automobiles
Eon Allemagne Electricité, gaz
Nestlé SA Suisse Alimentation
RWE Group Allemagne Electricité, gaz
IBM Etats-Unis Matériel électrique et électronique
ABB Suisse Equipement industriel
Unilever Pays-Bas / Royaume-Uni Activités diverses

Source du tableau : geronim.free.fr                    

 

III – Le rôle des FMN

« Les pays riches et ces firmes échangent aujourd’hui plus des trois quarts du commerce international de marchandises […]. Certains services font l’objet d’échanges […]. La plus grande partie de ces services, à commencer par les services publics, demeure cependant organisée et produite localement. En revanche, en matière industrielle, toutes les firmes sont devenues multinationales. Même les plus petites d’entre elles importent une grande partie de leurs biens d’équipement et de leurs pièces détachées. Tandis que l’ouverture croissante des marchés leur permet d’exporter leur production d’autant plus aisément que les normes et les goûts des consommateurs se sont rapprochés.

Il n’empêche, les plus grandes de ces firmes continuent de dominer le commerce international, qui est en grande partie constitué de flux interne à ces firmes. Renault, par exemple, assemble en France et en Espagne des voitures incorporant des moteurs fabriqués dans ces deux pays ; ces véhicules sont ensuite vendus (presque) partout dans le monde, via les différentes filiales commerciales du constructeur. Le commerce intrafirme représente ainsi un gros tiers des importations françaises de produits industriels et plus de 40% des exportations, la moitié des importations et un tiers des exportations aux États-Unis. »

D’après C. Chavagneux et P. Frémeaux, Alternatives économiques n°225

14 réponses à Les firmes multinationales – Le processus de multinationalisation

  • merci ca va maider

  • Est-ce qu’une entreprise qui exporte toute sa production est une firme multinationale ? et pourquoi ?
    Aidez moi SVP

    • Pas forcément – la multinationalisation résulte d’un ensemble de critères (voir cours) et le seul fait d’exporter toute sa production ne suffit pas à qualifier une entreprise de FMN.

    • sophia une entreprise qui exporte toutes sa production n’est pas une multinational.on appel multinational une entreprise qui s’installe dans presque tous les pays du monde.par exemple coca-cola,nestlé etc .ce qui veux dire avoir des filiales ce qui est différent d’une e/se international qui ne fait que exporte.

    • il faut faire la différence entre entreprise mononationale exportatrice et une multinationale, une entreprise peut exporter la totalité de sa production à travers une entreprise d’import-export étrangère sans investir à l’extérieur donc elle reste une entreprise mononationale, alors que la multinationale est une entreprise qui investi directement à l’étranger elle opère au minimum sur deux pays

  • je veux les effets de la multinationalisation sur les pays accueil et d’origine
    en tout les cas merci ca m’aide un peu

  • J’aimerais savoir quels peuvent être les effets de ces firmes dans les pays d’accueil ? Merci d’avance pour votre réponse !

  • je veux s’avoir l’effets des firmes multunationales sur l’emploi dans les pays d’origines et les pays d’acceuiel

  • salam
    je suis à la recherche d’une documentation et d’une revue de littérature sur les firmes multinationales et emploi au Maroc.
    Merci

  • @Bensalah: si tu as déja quelque documentation su FMN et emploi tu peux les envoyer à moi svp
    merci

  • Bonjour
    je suis à la recherche d’une bibliographie et une documentation sur le thème des Firmes multinationales et Emploi au Maroc
    Merci pour votre collaboration
    Mon email: amal.msd@gmail.com

  • salam.
    pouvez-vous me donné plus d’informations sur le role des FMN dans la mondialisation économique du 19e siècle.
    merci d’avance.

  • Merci pour cet article très enrichissant, ça m’aidera énormément dans mes recherches, seulement je voudrais juste savoir en quelle année cet article a été publié ?
    Merci.

  • je peux avoir quel est le role de firmes multinationales ? et leurs influencent sur la politique des etats des pays en voie de developpement?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>


ELEARNING

www.surfeco21-formation.com :

Vous êtes étudiant
et désirez une formation complète, interactive en totale autonomie mais avec un suivi pédagogique ?

Vous êtes professeur
et souhaitez utiliser avec vos étudiants des ressources interactives, des qcm, des activités en ligne en rapport avec les thématiques abordées et souhaitez enrichir vos cours en présentiel. Nous disposons désormais d'une plateforme de formation destinée non seulement aux étudiants qui souhaitent se former seuls mais encore aux professeurs et aux établissements.