Monnaie et crédit

... suite

II – La création monétaire

A – Qui crée la monnaie ?

Contrairement à une opinion communément répandue la monnaie n'est pas crée par la Banque Centrale. Elle est crée par les banques commerciales lors de leurs opérations de crédit. Ces crédits ne sont possibles que grâce aux financements que la clientèle de ces banques souhaite obtenir. La Banque centrale n'intervient qu'indirectement dans cette affaire, lorsque les banques commerciales ne disposent pas de suffisamment de liquidités. On dit alors qu'il y a refinancement par la Banque Centrale. Il est donc faux de croire que l'Euro est crée par la Banque Centrale Européenne, l'euro est crée, comme l'a été le Franc ou le Mark par les banques de second rang.

Certes on ne peut nier que la Banque centrale fabrique des pièces et des billets qui constituent une des composantes de M1. En fait ces pièces et billets ne font que se substituer à la monnaie scripturale gérée et émise par les banques. En somme la composition de M1 n'est modifiée que lors des retraits d'espèces. La quantité de monnaie fiducière en circulation augmente alors et la quantité de monnaie scripturale diminue. Toutefois
son montant n'est pas modifié pour autant. La Banque Centrale ne crée donc pas de monnaie supplémentaire.

Nous sommes tous des créateurs de monnaie en puissance — chacun peut s'adonner à cette activité avec la complicité de sa banque.

Pour simplifier, on suppose :
— que le compte de M. X. est à 0
— que le banquier ne perçoit pas d'intérêt.

Le banquier accepte de faire crédit à M. X. de 3000 EUR pour l'achat d'une automobile.

 

1° temps – Le prêt est accordé
2° temps – Le crédit est remboursé
Compte de Mr X
Crédit
Débit
3000
Virement de la banque sur le compte
de Mr X
3000
Chèque de Mr X pour l'achat
de son automobile
Solde
= 0
Bilan de la banque
Actif
Passif
3000
Crédit à Mr X
Compte de Mr X
Solde= 0
Solde
=     + 3000
Compte de Mr X
Crédit
Débit
3000
Salaire de Mr X par exemple
3000
Remboursement du prêt
Solde
= 0

 

Bilan de la banque
Actif
Passif
3000
Crédit à Mr X
Dépôt
de Mr X
Solde= 3000
Solde
=     0
On voit que la banque a créé 3000 EUR immédiatement dépensés en écrivant + 3000 sur un compte — elle n'a exigé aucune contrepartie sinon celle de disposer des revenus futurs de M. X.. C'est ce que l'on appelle un crédit à l'économie. (Ou créances sur l'économie). Les soldes des 2 comptes sont à nouveau à 0. La monnaie créée dans un premier temps a été détruite avec le remboursement du prêt.

Au regard de cet exemple nous constatons que :
— Il y a bien eu création monétaire ex nihilo — M. X. n'avait plus rien et a pu tout de même effectuer un achat.
— Il y a eu aussi destruction de monnaie — le salaire de 3000 EUR a servi à une transaction purement financière, il n'a pas été injecté dans le circuit économique et n'a pas servi à l'achat de biens matériels.

Remarquons également l'importance particulière du facteur temps dans cet exemple. Le crédit, qui établit un lien entre une consommation (ou un investissement) immédiat et des ressources futures est aussi facteur de création monétaire.

[stream flv=x:/www.surfeco21.com/videos/monnaie_0.flv width=400 height=224 img=image-preview.jpg bandwidth=high title=Le rôle de la Banque Centrale Européenne /]

.
B – Les limites au pouvoir de création monétaire des banques commerciales

Les banques créent de la monnaie par leurs opérations de crédit. Elles sont à ce tître tributaires de la demande de financement des agents. Si l'activité économique est dynamique, cette demande sera forte. Elle sera destinée à couvrir les besoins de consommation des ménages ou d'investissement des entreprises. En cas de morosité économique la demande de crédit sera faible. Notons également que les grandes entreprises peuvent lever des capitaux directement sur les marchés financiers ou monétaires.

a – En créant de la monnaie, les banques doivent être attentives à un certain nombre de paramètres :

– la solvabilité des emprunteurs
– la quantité de monnaie dont elles disposent (leur liquidité),
– La gestion des crédits octroyés. Plus une banque finance les agents, plus elle aura besoin de locaux, de personnel, d'agences, de guichets etc…
– Les règles de prudence élémentaires telles que la détention de fonds propres.

Ces paramètres sont autant d'éléments susceptibles de grever leur rentabilité. N'oublions pas que les banques sont des entreprises qui cherchent aussi les profits, même lorsqu'il s'agit de banques nationalisées.

b) La Banque Centrale

Elle peut imposer à chaque banque de maintenir sur son compte Banque centrale une somme non rémunérée qui constitue une réserve obligatoire. Ce montant décidé par la Banque centrale ne peut être utilisé par les banques de second rang pour l'octroi de crédit.

c) Par ailleurs, chaque fois qu'une banque accorde un crédit à un agent économique il y a création monétaire

En effet,  les moyens de paiement mis à la disposition de l'économie sont augmentés d'autant. Parallèlement les agents disposent à tout moment des dépôts qu'ils ont dans leurs banques. Ceux-ci sachant qu'une faible partie de ces dépôts (monnaie scripturale) fera l'objet de retrait (conversion en monnaie fiduciaire), elles s'en serviront comme base d'un nouveau crédit à d'autres clients. Il y a ainsi un effet multiplicateur qui n'est pas sans danger.

C) Le multiplicateur du crédit 

Cette théorie exprime un mécanisme par lequel l'augmentation d'une grandeur économique entraîne un accroissement plus important d'une autre grandeur. Le multiplicateur de crédit désigne donc le coëfficient multiplicateur reliant l'augmentation de la monnaie Banque centrale à l'augmentation plus importante de la masse monétaire.

Efforçons-nous d'être un peu plus clair à l'aide d'un exemple:

Lorsqu'un client dépose 1000 EUR en billets pour le porter à son compte bancaire, si la loi impose une couverture liquide de 20 % (coefficient
de réserve obligatoire) la banque gardera 200 EUR et pourra prêter le reste soit 800 EUR (à condition que le client ne retire pas sa monnaie).

Nous avons donc les données suivantes :
R = Taux de réserve obligatoire : 0,2
L = Taux du montant des disponibilités = 0,8
M = multiplicateur de crédit ( à calculer)

L'emprunteur déposera ses 800 EUR sur son compte et ses 800 EUR permettront un nouveau crédit de 640 EUR (800X80 %).
— Ces 640 EUR permettront un autre crédit
de 640X80 % égale 512 EUR.
— Ces 512 EUR permettront un autre crédit
de 512X80 % égale 409,6 EUR.
— Ces 409,6 EUR permettront un autre crédit
de 409,6X80 % égale 327,6 EUR.
.etc …

Donc, dans cette hypothèse simplificatrice la formule de calcul du multiplicateur de crédit est la suivante  : 
Donc   :
Soit   :

donc M = 5

Au total les 1000 EUR permettront de créer
5000 EUR

soit 1000 EUR( dépôt initial) X 5 (multiplicateur) = 5000 EUR

 

8 commentaires sur “Monnaie et crédit

    1. Bonjour et merci pour cet article très complet.

      @Kahina, je pense qu’une bonne partie de la théorie reste applicable à ce jour au vu de la situation économique que nous traversons.

  1. l economie actuelle est basée sur des theories monétaires kynesiennes, de la macro appliquée, dans les études marco eco on s’appuit tjrs sur les théories de fisher et wicksell et pigou , kynes,  » les péres fondateurs « 

  2. et pour toi kahina ; c normale que ces theories sont appliquées aujourd hui , ce sont des principes economiques de base -exp : m . v = p . t  » equation de la theorie qunatitative de la monnaie  » restera tjrs valable qlq que soit x ,c est une certitude economique koi lol

  3. c’est la présentation la plus succincte directe et nette possible que l’on est développée.
    Merci de vouloir m’envoyer une copie si possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *