L’analyse keynésienne est à la base des politiques de relance

 

J.M Keynes est né en 1883 à Cambridge (année de la mort de Karl Marx). Il a été un des leaders du parti libéral en 1925. Directeur de la banque d'Angleterre en 1941, il fut promu "Lord" à la même époque. Les travaux de Keynes ont constitué pour des générations d'économistes la base d'une réflexion nouvelle. En 1944, Keynes dirige la délégation britannique à la conférence de Bretton-Woods. Il propose un plan de reconstruction monétaire qui ne sera pas adopté car jugé trop utopique et surtout contraire aux intérêts américains. Keynes meurt en 1946.

Ses ouvrages les plus célèbres sont :

  • La réforme monétaire en 1923.
  • Le traité sur la monnaie en 1930.
  • La théorie générale de l'emploi de l'intérêt et de la monnaie en 1936.
  • "Comment financer la guerre" en 1940.
  • La théorie générale de l'emploi de l'intérêt et de la monnaie est un des ouvrages d'économie les plus célèbres.

En 1929, c'est le krach boursier. En 1936, les séquelles de la crise économique se font encore sentir dans la plupart des pays. À l'époque, les analyses économiques dominantes étaient les analyses classiques et marginalistes. La révolution keynésienne a totalement remis en question le "credo" libéral. On peut considérer Keynes comme le fondateur d'une des constructions intellectuelles les plus puissantes de notre siècle.

Keynes a été le premier à décrire l'activité économique à l'aide du processus du circuit. Il a également été le premier à montrer la nécessité de créer une véritable comptabilité nationale. Il a également démontré que les comportements des agents économiques pris isolément étaient parfois incompatibles avec l'intérêt général. La base de la pensée keynésienne réside dans le fait de considérer que la demande effective (c'est-à-dire le niveau de consommation et le niveau d'investissement) détermine le niveau de production donc le niveau de l'emploi.

Lire aussi  L'analyse concurrentielle - Le modèle BCG

Les « stratégies » politiques de relance keynésienne se fondent également sur l'importance du rôle de l'état dans l'économie. Keynes ne croit pas à l'autorégulation de l'économie par les mécanismes naturels des lois du marché. L'état doit donc intervenir en tant qu'agent régulateur car le capitalisme livré à lui-même ne peut que conduire à des crises chroniques. C'est à l'Etat d'intervenir en tant que "Deus ex machina" pour relancer la demande de biens de consommation et de biens d'investissement. Keynes a été l'artisan du développement de l'Etat providence après la 2° guerre mondiale.

On ne s'étonnera donc pas de la popularité des théories Keynésiennes.


2 commentaires sur “L’analyse keynésienne est à la base des politiques de relance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *