les déséquilibres économiques et sociaux dans les pays développés

 

I – Les déséquilibres économiques

A — Les déséquilibres qui accompagnent la croissance

Un déséquilibre est un écart entre l'offre et la demande. C'est le contraire d'une situation d'équilibre, où l'offre et la demande sur un marché s'égalisent à un prix qui satisfait les acheteurs et les vendeurs.

Sur le marché des biens et services, un déséquilibre entre l'offre la demande entraîne des variations de prix. L'augmentation durable des prix est qualifiée d'inflation. Sur le marché du travail est un écart entre l'offre et la demande de travail conduit au chômage, lui-même source d'inégalités sociales. Sur les marchés internationaux, un écart important et prolongé entre les flux entrants et sortants entraîne, pour un pays, un déséquilibre extérieur. Ces déséquilibres économiques et sociaux se produisent dans les pays développés en période de croissance. La situation est paradoxale. Globalement, les pays riches produisent de plus en plus de richesses et dans le même temps génèrent précarité, pauvreté et exclusion. Les déséquilibres constatés sont différents selon les pays : en l'an 2000, par exemple, aux États-Unis, une croissance très forte et continue depuis 10 ans s'accompagnait d'un déficit élevé des transactions courantes avec l'étranger ; en Europe, c'était le chômage qui, malgré une décrue, se maintenait un niveau élevé ; en Espagne, la croissance plus forte qu'ailleurs s'accompagnait de tensions inflationnistes.

Ces déséquilibres montrent que les ajustements, naturels ou décidés par les pouvoirs publics, qui permettraient le retour à l'équilibre, ne fonctionnent pas parfaitement. Ce sont des déséquilibres structurels, liés notamment à la complexité croissante des activités économiques : multiplication des flux, tensions entre les pôles qui ne se développent pas à la même vitesse, rapidité des évolutions technologiques, diversification des produits, mondialisation, etc.

Au-delà des déséquilibres économiques et sociaux, ce sont les grands équilibres terrestres qui sont rompus par l'activité humaine : la couche d'ozone s'amincit, l'augmentation de l'effet de serre menace la planète d'un changement climatique qui serait catastrophique (montée des océans…), les milieux naturels sont détruits, les conditions de vie se dégradent (embouteillages, pic de pollution), les déchets s'accumulent. Les dégradations actuelles sont probablement irréversibles ; elles mettent en cause l'équilibre entre les générations.

La protection de l'environnement nécessite une régulation économique qui limite l'autonomie des particuliers, des entreprises et des états. En 1997 à Kyoto, les principaux pays développés — à l'exception des États-Unis (!!)– se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Mais la mise en oeuvre est difficile car elle implique la limitation des consommations matérielles dans les économies des pays développés. À ce titre, la protection de l'environnement est devenue un déterminant de l'évolution de l'économie mondiale.

Lire aussi  Analyse des chiffres du chômage

B — L'inflation et la désinflation

1 — L'inflation

L'inflation est la hausse générale et prolongée des prix. En France, elle est mesurée officiellement par l'INSEE au moyen de l'indice des prix à la consommation (I. P. C.), calculé sur 303 postes.

Les causes de l'inflation sont diverses :

  • l'inflation par les coûts : les coûts de production augmentent plus vite que la productivité (coûts salariaux, coût de l'énergie, prix des importations), ce qui incite les entreprises à augmenter le prix de vente de leurs produits.
  • l'inflation par la demande : lorsque la demande est supérieure à l'offre, les entreprises augmentent leurs prix.
  • l'inflation monétaire : l'émission excessive de monnaie provoque la hausse des prix.
  • les causes diverses de l'inflation : une situation de monopole ou d'oligopole, des ententes entre concurrents, une hausse des prélèvements sociaux et une pression des syndicats pour augmenter les salaires, peuvent également être à l'origine de l'inflation.

Les conséquences de l'inflation peuvent être positives ou négatives :

  • positives lorsque la dépréciation de la monnaie sur le marché des changes favorise les exportations et/ou provoque la diminution des déficits publics ou encore la baisse du coût réel des emprunts donc de l'endettement.
  • négatives car l'inflation entraîne la baisse de la rémunération des revenus fixes donc du pouvoir d'achat (salaires, plans d'épargne logement, livret A…), une perte de compétitivité des entreprises sur le marché international et, dans certains cas, une fuite de capitaux vers l'étranger.

L'inflation a été un phénomène majeur du XXe siècle. Elle s'est installée à l'occasion de la première guerre mondiale. La crise économique des années 70 a été marquée par une inflation chronique (supérieur à 10 % par an). Depuis le milieu des années 80, les pays développés ont réussi à maîtriser l'inflation. La situation la plus courante est la désinflation mais des poussées inflationnistes, combattues pour le moment avec succès, apparaissent épisodiquement dans plusieurs pays lorsque la croissance s'accélère.

2 — La désinflation

La désinflation est la baisse du taux d'inflation. C'est un ralentissement de la hausse généralisée des prix. Elle ne doit pas être confondue avec la déflation qui est la baisse générale des prix. La désinflation est la situation la plus courante, aujourd'hui, dans les pays développés. En France, par exemple, la hausse des prix n'a pas dépassé 2,5 % par an depuis 15 ans et s'est maintenue autour de 1,5 % dans les dernières années.

Lire aussi  L'analyse concurrentielle - Le modèle BCG

Les facteurs de la désinflation sont le développement de l'épargne par peur de l'avenir, la limitation de la hausse des salaires, une forte concurrence mondiale et une baisse du cours des matières premières.

C — Les déséquilibres financiers et commerciaux

1- L'endettement public

La fin du XXe siècle a été marquée par un fort endettement public dans l'ensemble des pays industrialisés.

En France, par exemple, le déficit budgétaire de l'état oscille entre 1% et 3 % du PIB depuis 20 ans. Dans les dernières années, un effort de réduction des déficits publics a été entrepris mais ceux-ci sont toujours supérieurs à 1,5 % du PIB.

Les causes de ce déficit sont :

  • le ralentissement temporaire de la croissance qui limite la réduction des dépenses publiques mais amplifie la récession.
  • la progression structurelle des dépenses sociales liées au financement de la santé, des retraites, du chômage et, en France, de la réduction du temps de travail.

La conséquence de ce déficit est l'augmentation de l'endettement.

La dette publique est l'ensemble des dettes de l'état résultant des emprunts que celui-ci a émis ou garantis. Le ratio d'endettement public est calculé, en pourcentage du PIB, dans les mêmes conditions pour tous les pays de l'Union Européenne. Dans ce domaine, la France fait mieux que la moyenne. Le problème posé par l'endettement public et la lourde charge que représente le remboursement est le paiement des intérêts. En France, la charge budgétaire nette de la dette publique reste importante. En 2001, elle représentait 14 % des dépenses de l'état.

2 — Le déficit du commerce extérieur

Les effets de la croissance sur les soldes de la balance des opérations courantes varient d'un pays à l'autre.

Parmi les pays développés, les États-Unis continuent à associer une croissance forte et un déficit élevé du commerce extérieur (aux environs de 4 % du PIB dans les dernières années). Au Japon, c'est l'inverse : la croissance est faible mais le solde de la balance courante est positif. En France, le taux de couverture des biens et services est toujours positif depuis 10 ans. Les raisons de ces situations très diversifiées sont multiples. Aux États-Unis, par exemple, les revenus élevés stimulent la demande intérieure et celle-ci dope les importations, raison essentielle du déficit extérieur. Situation différente en France : l'effort des entreprises sur la qualité des produits et l'amélioration des circuits commerciaux favorise le développement des exportations et augmente l'excédent.


Un commentaire sur “les déséquilibres économiques et sociaux dans les pays développés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *