Le Change ( Opérations de change – Taux de change)

... suite


 

II — Quelle est l’origine des opérations de change ?

Les opérations de change peuvent trouver leur origine dans :

–     Le règlement des contrats entre importateurs et exportateurs.
–     Les investissements directs à l’étranger.
–     La spéculation.

A : Le réglement des contrats entre exportateurs et importateurs

Prenons l’exemple d’un contrat entre un importateur français et un exportateur américain. Ce type de contrat a lla particularité d’être conclu entre deux ressortissants de nationalité différente. Deux éléments interviennent : — le choix d’une monnaie de facturation — le choix d’une monnaie de règlement. Ces deux choix sont importants dans la mesure où ils permettront de déterminer la partie qui aura la charge de procéder à une opération de change et la partie sur laquelle pèsera le risque de change.

— La monnaie de facturation exprime le prix du bien vendu et le choix de cette monnaie est libre. Par exemple, supposons que la monnaie de facturation prévue dans le contrat soit le dollar, dans ce cas le risque de change pèsera sur le français. Si le contrat porte sur 10 000 §, le français prendra le risque d’avoir à supporter une baisse de l’Euro par rapport au dollar :

Si 1 Dollar = 1 Euro la somme à débourser sera de 10 000 Euros — par contre, si l’Euro baisse par rapport au dollar et passe à 1,5 Euros contre 1 Dollar, la somme à débourser sera de 15 000 Euros . On constate donc, que le choix d’une monnaie de facturation est important car il entraîne un risque de change pour la partie dont la monnaie nationale n’a pas été retenue comme monnaie de facturation.


Les avantages d’une monnaie faible – par Evelyne Delorme

Notons que le problème ne se pose plus pour les pays membres de l’Union Européenne depuis la mise en place de la monnaie unique au 1°Janvier 1999.

Le meilleur moyen de protection contre le risque de change consiste donc à imposer dans un contrat international le choix de sa propre monnaie comme monnaie de facturation.

— La monnaie de règlement correspond à la monnaie que l’importateur devra remettre à l’exportateur. Les parties sont également libres du choix de cette monnaie. La monnaie de règlement peut donc être différente de la monnaie de facturation. Pour reprendre l’exemple que nous avons cité, la monnaie de facturation peut-être le dollar et la monnaie de règlement peut-être l’Euro. Le choix d’une monnaie de règlement détermine la partie qui aura la charge de procéder à une opération de change. Si la monnaie de règlement est le dollar, c’est le français qui devra procéder à l’opération de change — si la monnaie de règlement est l’Euro, c’est l’américain qui devra procéder à cette opération. Notons également que la monnaie de règlement peut tout à fait être une monnaie tierce. Dans l’absolu, un importateur français et un exportateur américain peuvent bien entendu, choisir le yen comme monnaie de règlement. Il en va de même d’ailleurs pour la monnaie de facturation.

En résumé, aussi bien pour la monnaie de facturation que pour la monnaie de règlement, chaque partie au contrat à intérêt à imposer sa monnaie nationale. Le choix de la monnaie est donc un élément important dans la négociation de tout contrat international.

À un niveau plus global, le volume des exportations d’un pays agira sur la demande de devises de ce pays. Le taux de change d’une devise est donc étroitement lié au commerce extérieur d’un pays.

B — les investissements directs à l’étranger

Ils peuvent résulter d’opérations de délocalisation, d’implantation de filiales de production de distribution à l’étranger. On comprend que tout ceci nécessite d’importantes opérations de change.


C — la spéculation


Elle consiste finalement à réaliser des opérations de change en effectuant des prévisions sur l’évolution possible des cours. Les opérateurs effectuent des opérations d’arbitrage, comparent le cours des monnaies sur les différentes places boursières, achètent et revendent de manière à profiter des différences de cours observables.Techniquement, les opérations de spéculation sont qualifiées « d’opérations d’arbitrage monétaire international ». Le mécanisme peut-être décrit de la manière suivante :

Partons d’un exemple :

Une banque française reçoit une demande de dollars (par un importateur français pour effectuer un règlement auprès d’un exportateur américain). Les opérateurs peuvent tout à fait s’adresser non pas au marché de Paris mais à celui de New York si les plus avantageux d’acheter des dollars contre Euro à New York qu’à Paris. Ainsi les deux marchés seront mis en communication et le cours de l’Euro contre dollar tendra finalement à s’égaliser sur les deux places.

En résumé, la rencontre entre l’offre la demande de devises fixe le cours du jour d’une monnaie. Le marché des changes n’est pas un marché localisé dans la mesure où les opérateurs effectuent la plupart de leurs opérations grâce aux moyens de communication modernes (informatique, fax, etc….).

Encore une fois, notons que le problème ne se pose plus pour les pays membres de l’Union Européenne depuis la mise en place de la monnaie unique. L’Euro a eliminé la spéculation monétaire entre les pays de la communauté.

Lire aussi  Monnaie et crédit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *