Facteurs d’explication de la croissance – fluctuations et cycles économiques

... suite

C. — les fluctuations de la croissance

Les fluctuations sont des variations de l’activité économique : les périodes d’expansion alternent avec des périodes de crise. Ces fluctuations se répètent selon une amplitude et une périodicité plus ou moins régulières : ce sont des cycles économiques. La durée des cycles varie selon les époques et les pays.

Deux grands types de cycles sont principalement identifiés :

– les cycles longs (ou cycles de Kondratieff, du nom de l’économiste russe qui les a identifiés) : ce sont des cycles de 50 ans environ. Ils sont liés aux transformations profondes de l’activité économique qui correspondent à des changements structurels (modes de production, système financier, normes de consommation, urbanisation..).

Selon Schumpeter, les phases de croissance de ces cycles longs correspondent à des innovations technologiques importantes. L’évolution des modes de vie, liée à ces innovations, stimule la consommation et favorise aussi la croissance. Plus tard, l’absence de produits nouveaux et la stabilité des modes de vie ralentissent l’activité économique : c’est le début d’une nouvelle crise.

– les cycles courts (ou cycles de Juglar, du nom de l’économiste français qui les a identifiés) : ce sont des cycles de quelques années qui sont liés à des variations conjoncturelles de l’activité économique. Les causes sont multiples : instabilité des taux d’intérêt, fluctuations du commerce extérieur, mouvements sociaux… Les cycles courts comportent quatre phases : la reprise, l’expansion, la crise et la dépression. Lorsque le cycle est très court (moins de 4ans, il est appelé cycle kitchin.

Les cycles, de durée inégale, se mêlent et se superposent. Au total, les mouvements de l’activité économique sont irréguliers.
 

Cycles économiques
Cycles économiques – Source Wikipédia


Cycles Kondratieff 

 

« Explication : Le cycle selon Joseph Schumpeter :

Le cycle se déroule de la manière suivante. L’économie est initialement en dépression. Une partie importante du capital antérieur a été déclassée, et la forte pression concurrentielle sur des marchés étroits oblige les entreprises à innover pour survivre. Les innovations fleurissent alors, financées essentiellement par crédit bancaire. Dans ce contexte de renouvellement des technologies et des marchés, la rentabilité de l’investissement se redresse, ce qui entraîne une vague d’investissement. La demande globale connait donc une expansion, par le multiplicateur ( voir multiplicateur keynésien) et par l’effet de rééquipement des agents avec les produits nouveaux, qui nourrit à son tour l’investissement.

Mais, peu à peu, les marchés se saturent ( la plupart des agents étant maintenant équipés en biens nouveaux), et les innovateurs ont été rejoints par les imitateurs sur leurs marchés jusque là monopolistiques. Moindre demande et moindres marges entrainent une réduction de l’investissement, et donc de l’activité : l’économie se retrouve en crise jusqu’à la vague suivante d’innovations  »

D.Guellec et P. Ralle, Les nouvelles théories de la croissance – Collection Repères, éd. La découverte

 

Lire aussi  Management et performance

Cycles kondratief
Cycles Kondratief :

 

5 commentaires sur “Facteurs d’explication de la croissance – fluctuations et cycles économiques

  1. Cette explication ne tient pas compte d’un facteur essentiel pour le futur : la disponibilité de l’énergie fossile… La croissance ou augmentation du PIB EST LIEE à cette disponibilité ( cf. Jancovici)

  2. Bonjour ,

    J’aimerai que vous me communiquiez la source de votre graphique sur les cycles Kondratief, il est très bien fait et je souhaiterai savoir dans quel ouvrage ou revue , vous l’avez trouvé.
    Avec tous mes remerciements.
    Delphine Alexandre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *